05/12/2016

La chemise à carreaux, un classique!

La chemise à carreaux, un classique!

La chemise à carreaux, même si elle n’est pas au goût de tout le monde revient régulièrement sur le devant de la scène. Parfois grunge, icône des 90’s, parfois évocatrice d’un look plus casual esprit bûcheron, récupérée par le style punk également, elle est aussi versatile que basique. Chaque automne, on la retrouve donc revisitée chez les créateurs et marques de prêt à porter se tiennent à carreaux ! Histoire et mode d’emploi d’une pièce iconique.

La chemise à carreaux, son histoire

Il faut remonter au 19ème siècle pour découvrir l’origine de la chemise à carreaux. Direction les paysages écossais et irlandais, où elle est apparue pour la première fois, réinterprétation du fameux tartan. Aujourd’hui, sur les podiums, chez Saint Laurent période Hedi Slimane en tête, elle est de tous les défilés, revues et corrigée, agrémentée de toutes les fantaisies. Devenue symbole du mouvement hipster, la chemise à carreaux renvoie d’abord à un imaginaire rustique. On a tendance à lui conférer une origine américaine, avec une aura plutôt virile associée à cette image de « chemise de bûcheron ». Pourtant la chemise à carreaux est la digne héritière du motif traditionnel écossais, le tartan, aisément reconnaissable à son « étoffe de laine à carreaux de couleurs, typique des peuples celtes. Il s'agit d'un motif de lignes horizontales et verticales entrecroisées, de multiples couleurs. » Le tartan symbole patriotique affiche les couleurs des différentes familles et clan écossais, à la manière d’un écusson et sera même subversif lors des affrontements entre l’Angleterre et l’Ecosse en 1747 synonyme de la rébellion écossaise. La chemise à carreaux portée par le leader du mouvement – Charles Edward Stewart -  serait l’ancêtre de celle qui prend place dans nos dressings.

Cependant, la chemise à carreaux ne serait pas si populaire si elle n’avait pas voyagé aux Etats Unis où elle prend une toute autre dimension récupérée par l’industrie textile locale qui habille alors les fermiers et bûcherons. Au 19ème siècle donc, ce serait un migrant écossais qui aurait échangé des plaids en tartan contre des peaux de buffle dans le Montana. Coïncidence, en Pennsylvanie un industriel anglais lance son usine de laine Woolrich Woolen Mills (http://www.cbsnews.com/news/woolrich-part-of-the-fabric-of-us-history/)  et propose une chemise rouge et noire à carreaux, bien robuste, destinée à vêtir les agriculteurs et les pionniers. Nommée « Buffalo », dès 1850, désignée par le nom «  red plaid shirt » , ne voit pas son succès démenti, démocratisée à souhait, et portée par les cow boys.

La chemise à carreaux

C’est assez pour que la chemise à carreaux noire et rouge devienne un symbole du conquérant américain. En 1914, Paul Bunyan fait son apparition, héros d’une bande dessinée où il est représenté affublé de l’iconique chemise de bûcheron. A la fin des années 20, la chemise à carreaux est désormais fabriquée par plusieurs marques, et les femmes découvrent leurs propres modèles peu après la seconde guerre mondiale. La chemise à carreaux est sans cesse réinjectée dans la culture populaire américaine, tantôt dans les 60’s par les Beach Boys qui en arborent une sur la couverture de leur album Surfer Girl, tantôt par des personnages fictifs comme Daisy dans Shérif fais-moi peur.

La chemise à carreaux un classique marilyn monroe

Pendant les 80’s c’est Steve Urkel qui s’affiche dans la chemise à carreaux, et enfin l’apogée avec l’indissociable chemise à carreaux de Kurt Cobain, du groupe Nirvana. Elle devient la pièce centrale d’un mouvement qui prône un certain spleen je m’en foutiste, un défaitiste rebelle, le « grunge » où l’habit fait énormément le moine.

La chemise à carreaux, un symbole

Saison après saison, on retrouve la chemise à carreaux. Version manches courtes ou manches longues, réinterprétée ou dans son format original, peu importe elle ne quitte pas notre dressing, de l’adolescence à trente ans. La chemise à carreaux est vraiment un vêtement identitaire. Il est étroitement lié à ce qu’il évoque. D’une part le côté extrêmement solide, ancré, du bûcheron puisqu’avant d’être plébiscitée par les groupes musicaux la chemise à carreaux a eu une dimension utilitaire. D’autre part, la chemise à carreaux a été adoptée par des mouvements « révolutionnaires » ou du moins avec des velléités d’aller contre les courants de pensée établis. D’abord les grunges mais aussi tout la culture street qui s’en empare dans les années 90 dans les rues de Los Angeles. La chemise à carreaux a donc un discours, et il est anti-establishment. Soit pragmatique, soit désabusé, soit à revendication. La chemise à carreaux n’est pas sectaire, pas cantonnée à un groupe, elle parvient à s’imposer des rockeurs aux rappeurs, de Seattle à Venice Beach. Un exploit vestimentaire qui permet à la chemise à carreaux de se retrouver sur le dos de tous les jeunes, du blanc au noir, qu’il soit danseur de breakdance ou bassiste dans le groupe du collège. Résultat ? La chemise à carreaux devient le symbole ultime des années 90, portée forcément différemment selon que l’on soit skateur ou rockeur. Un vêtement aussi puissant ne pouvait donc pas rester marginal. On a donc assisté à une récupération de cette contre-culture diversifiée par l’industrie du prêt à porter. Et voilà comment la chemise à carreaux est sur tous les portants de boutiques, saison après saison. Elle est même devenue l’apanage des hipsters, ces trendsetters a la barbe hirsute et au vélo, que l’on croise de Brooklyn à Paris en passant par Casablanca.  

La chemise à carreaux un classique hipster

Alors que la chemise à carreaux avait été déclaré has-been à l’époque du rock skinny et des babies rockers (perfecto, jean slim, tee shirt, boots) au début des années 2000 elle a opéré son retour fracassant vers 2010.Depuis, c’est un code, la chemise à carreaux est le sésame des musiciens, la caution vestimentaire de quiquonque veut se revendiquer un brin rebelle. Plus qu’une simple pièce c’est un signe de reconnaissance. Aujourd’hui cependant on l’accepte partout, et c’est pourquoi on l’ose aussi bien au bureau qu’en week-end, entre la chemise à gros carreaux, le vichy, et l’imprimé tartan.

La chemise à carreaux, le retour du grunge

La chemise à carreaux un classiqu Saint Laurent

En 2013, et la collection d’Hedi Slimane pour Saint Laurent (http://www.ladepeche.fr/article/2013/03/04/1574651-la-collection-grunge-d-hedi-slimane-chez-yves-saint-laurent.html)n’y est pas étrangère, la chemise à carreaux est encore plus qu’auparavant un must-have. C’est l’uniforme des modeux, aussi bien hommes que femmes. Le look ? Perfecto en cuir, Chelsea boots, motifs léopards, et chemise à carreaux. Le résultat ? Toutes les marques, qui proposaient déjà automne après automne une chemise à carreaux, ont multiplié les déclinaisons, de la traditionnelle chemise noire et rouge à la chemise noire et blanche en passant par d’autres couleurs comme le vert forêt. L’automne sera rock ou ne sera pas ! Le grunge c’est ce mouvement musical originaire de Seattle qui se fait entendre vers la fin des années 80. Sur fond de guitares, les groupes vêtus de cuir, de tee-shirts élimés et de jeans à trous, déversent leurs paroles peu enthousiastes. Les éléments prépondérants du style vestimentaire associé à la musique, chemise à carreaux donc et perfecto, sont repris par Hedi Slimane chez Saint Laurent, avant d’être suivi par d’autres créateurs et marques populaires.

La chemise à carreaux et les autres éléments du look grunge

La chemise à carreaux s’associe volontiers à des éléments qui rappellent ses origines. Soit un style rustique comme le pantalon boyfriend (http://www.laredoute.ma/blog/le-pantalon-boyfriend,19) soit évidemment le style grunge. On aime donc associer le motif carreaux ou tartan pour les puristes, à du cuir, du léopard, du jean, des collants résilles, des robes courtes. On choisit la chemise toujours oversized plutôt qu’ajustée, et on l’arbore sur un tee-shirt un peu loose, ou nouée. La chemise à carreaux a vraiment connu un franc succès en 2013 avec cette tendance de l’équation mode jean slim + chemise à carreaux, tregging + chemise à carreaux. Cette saison, le grunge est toujours d’actualité avec une forte présence de l’influence 90’s sur les podiums. On en veut pour preuve l’avalanche de patchs, de bombers, de teddy, bref des pièces vraiment liées aux années 90. Qui dit grunge ne dit pas forcément masculin, la chemise à carreaux s’accorde très bien avec des mini jupes en cuir, ou une robe plus sophistiquée.

La chemise à carreaux, comment la porter ?

La chemise à carreaux un classiqu Isabel marant

La chemise à carreaux si elle est un must-have de l’automne requiert quelques précautions. Certes elle est tendance, et peut s’adapter à tous les styles, mais on n’a pas forcément envie de coller au côté western de la chose (bien que ça soit de saison, on notera le retour de la santiag chez Isabel Marant par exemple). Chic, bohême, grunge, preppy, la chemise à carreaux se marie à tous les looks, du plus décontracté, comme avec un jean destroy, au plus guindé en passant par un esprit boho avec une veste en fausse fourrure et un jean au délavage clair. Intemporelle, en hiver ou en été, ouverte ou fermée, courte ou plus longue façon tunique (http://laredoute.ma/tunique-a-carreaux-michel,019100347.html),la chemise à carreaux présente de nombreux avantages. Agée de plus de deux siècles, la chemise à carreaux va vous donner du fil à retordre ! Car à celles qui jurent de ne pas l’adopter, elle est pourtant ultra-tendance cet automne encore. Version bicolore ou quadricolore, couture ou plus vintage on choisit sa chemise à carreaux en fonction de son style. La version originale est toujours du meilleur effet même s’il existe des créations uniques signées de grands noms de la mode qui valent le détour. Le basique reste la chemise à carreaux bicolore facile à dénicher dans les friperies du monde entier ou chez les grandes marques de prêt à porter. (http://laredoute.ma/chemise-a-carreaux-manches-longues,015368928.html)

Pour autant la chemise à carreaux n’est pas non plus aisée à porter tant elle fait appel à un univers décontracté. Porter la chemise à carreaux au bureau ? Pas vraiment ! Et pourtant avec une jupe crayon par exemple (http://laredoute.ma/blog/la-jupe-crayon,20)on passe vite de grunge à très élégant. On peut ainsi être féminine, et même chic en chemise à carreaux. Quelles sont les options ? Forcément, qui dit chemise à carreaux pense bûcheron canadien. L’option chemise à carreaux ouverte, tee-shirt, jean brut, et boots est un parti pris plutôt facile, mais qui fonctionne pour peu que l’on ne soit pas soumis à un minimum de «  tenue » dans son quotidien. Autant réserver cette silhouette aux week end donc ! Quelques pistes pour vous aider à maitriser la chemise à carreaux, jour après jour et quelque soit l’occasion

La chemise à carreaux avec un pantalon  

La chemise à carreaux un classiqu grunge

L’option jean est incontournable. Mais si on peut évidemment se ruer –surtout cette saison – sur l’option biker boots ou rangers, jean usé et chemise à carreaux on peut aussi opter pour des pantalons plus inventifs. On ose la chemise à carreaux avec un pantalon flare en maille, un jean flare, une salopette en denim ou même en cuir pour les plus pointues. La chemise à carreaux dans un pantalon taille haute en laine ? On essaye assurément.

La chemise à carreaux avec une robe

On ne pense pas forcément à associer la chemise à carreaux à une robe. Or, cette saison on aime particulièrement l’association robe preppy + chemise à carreaux ou encore robe en maille sans manches et chemises à carreaux. Les plus audacieuses associeront une robe imprimée et la chemise à carreaux, mais on préfère tout de même une robe unie, courte ou longue selon l’occasion, avec une chemise à carreaux portée fermée en dessous. On peut aussi porter la fameuse petite robe noire, une chemise à carreaux ouverte et des escarpins ou boots.

La chemise à carreaux avec une jupe 

L’association jupe et chemise à carreaux fonctionne assez bien. Cette saison on aime la jupe midi et la chemise à carreaux nouée, la jupe plissée mi- longue et la chemise à carreaux rentrée. Les saisons précédentes on a vu la jupe mini en cuir et la chemise à carreaux associée à des boots plates, mais aussi la jupe en jean boutonnée et chemise à carreaux. Cette option 70’s est toujours d’actualité avec des bottes par exemple.

La chemise à carreaux version casual

On pique la chemise à carreaux de son compagnon et on la marie avec un tee shirt blanc avec un jean flare ou un jean boyfriend selon son envie. Pour coller à la tendance de la saison, aux pieds on opte pour des boots en cuir camel.

La chemise à carreaux version sensuelle

Exit les idées reçues ! On se rue sur la tendance mum jean, avec un bon 501 vintage que l’on associe à une chemise à carreaux ajustée qui dévoile une brassière en dentelle. Aux pieds des boots à talon carré et le tour est joué !

La chemise à carreaux, pour qui ?

On l’a répété, oui la chemise à carreaux est tendance ! Mais est-elle pour autant adaptée à toutes ? Digne héritière du tartan, la chemise à carreaux comme tout imprimé doit donc s’assumer, et il existe désormais foule de déclinaisons de couleurs. Selon votre style voici quelques idées de silhouettes faciles à réaliser pour adopter la chemise à carreaux sans fashion faux-pas.

Boho-rock

Une chemise à carreaux oversized, des collants noirs opaques, des boots lâches à la cheville, c’est le bon look pointu à tester avec la chemise à carreaux. On zappe les collants dès que le soleil pointe son nez et on ajoute volontiers des accessoires type bijoux.

Cow girl

La chemise à carreaux un classiqu 70

Jean droit ou flare, santiag et chemise à carreaux font bon ménage mais attention aux clichés ! On calme le jeu avec un long manteau ou une cape.

Nineties

Chemise à carreaux, veste en jean oversized, jean noir, Dr Martens vous opérez un retour réussi vers l’ère de gloire de la chemise à carreaux.

La chemise à carreaux selon sa morpho

On l’a vu il n’existe pas qu’une version de chemise à carreaux. Petits ou plus larges, à deux ou quatre couleurs, le choix peut s’avérer plus compliqué que prévu.

Si vous êtes ronde, préférez une chemise plutôt longue où les carreaux ne sont pas massifs. Haro total sur les rayures larges horizontales.

Si vous êtes plutôt menue, à la poitrine discrète, au contraire misez sur le volume de carreaux plus importants. Vous pouvez vous noyer dans une chemise d’homme mais la chemise ajustée façon uniforme d’écolière est aussi une option.

Tour à tour utile, icône, symbole, la chemise à carreaux n’est pas prête de tirer sa révérence. On l’aime pour son côté rustique mais aussi son aura rock, un brin rebelle que l’on aime de temps en temps arborer. Polyvalente, elle n’est pas si compliquée à maitriser une fois que l’on déjoue les clichés habituels. Il y a encore quelques temps, la chemise à carreaux était franchement has-been. Prisonnière de son côté bûcheron, on ne la sortait que rarement en ville. En 2016, largement démocratisée par les hipsters qui ont adopté ce classique et l’ont rendu désirable, elle s’adapte et s’adopte partout, selon les humeurs, tantôt sage ou plus délurée. Rockeuse, fashionista avertie, ou plus timide, amatrice de looks sophistiqués, ou fan de Nirvana,  pas question de tomber la chemise !  Investissement mode incontournable, cet automne encore on restera sur le carreau !